samedi, 14 février 2015

Atelier Dépression


Atelier Mieux Etre 


''Déprime ou dépression? Que faire?'' 


Jeudi 19 Février 2015 de 18h00 à 20h00

Médiathèque Marguerite Yourcenar
199 rue Carnot
                                           59155 FACHES THUMESNIL 


Soirée animée par Fabienne Delava et Denise Mignot


La dépression est l'une des maladies psychiques les plus répandues dans la population générale. Elle entraîne souffrance et gênes dans la vie au quotidien. Le débat permettra de mettre en évidence ce qui la différencie de la déprime et comment en sortir. 


Entrée libre et gratuite, renseignement auprès de Sophie Sueur : 

03 20 61.75.57

Vous remerciant par avance et restant à votre disposition pour tous renseignements complémentaires. 

Bien cordialement. 

Sophie SUEUR 
Secrétariat 
Secteur 59G21
Tel : 03.20.61.75.57

mercredi, 11 février 2015

GROUPES DE PAROLE MDA

Le groupe de parole pour ce mois de Février

Aura lieu le:

Samedi 14 Février

Pa de groupes de parole pendant es vacances scolaires

lundi, 19 janvier 2015

Prochains groupes de parole

Maison Des Associations

72/74 Rue Royale

LILLE

Samedi 24 Janvier 2015

De 10h à 12h

************************

Maison Des Usagers

5 Rue d' Antin

LILLE

Mercredi 28 janvier 2015

De 17h30 à 19h30

 

dimanche, 18 janvier 2015

Les Bipolaires

 
 
Quelques bipolaires célèbres
 
 
 
 
 
Bonne lecture

 

lundi, 12 janvier 2015

GROUPES DE PAROLE ACCOMPAGNANTS

ATTENTION

 

Un groupe de parole aura  lieu le:

 

Samedi 17 janvier

de 10h à 12h

Maison Des Associations

72/74 Rue Royale Lille.

Ce groupe de parole est réservé.

 

EXCLUSIVEMENT

aux

ACCOMPAGNANTS

 

 

Comme pour les autres groupes de parole, il n'est pas nécessaire de s'inscrire

mardi, 06 janvier 2015

GROUPES DE PAROLE

Prochains groupes de parole

 

Maison Des Associations

72-74 Rue Royale Lille

Samedi 10 Janvier 2015 de 10h à 12h

 

Maison Des Usagers

5 Rue d' Antin Lille

Mercredi 14 Janvier de 17h30 à 19h30

Ce groupe de parole est précédé

d'une permanence de 14h à 17h.

 

 

mardi, 30 décembre 2014

ATELIERS MIEUX-ÊTRE

 
Atelier Mieux Etre

''Trop haut, trop bas : est-ce un trouble bipolaire''

Jeudi 15 Janvier 2015 de 18h00 à 20h00
 
 
Salle de projection - Fort de Mons en Baroeul
4 rue Normandie
59370 MONS EN BAROEUL
 
Soirée animée par Laurent Defromont et Denise Mignot
 
"Des hauts, des bas. Parfois nous nous sentons déprimés, puis plein d'énergie. Est-ce un trouble ou non? Pour certains, cela est un trouble appelé trouble bipolaire de l'humeur, mais comment le reconnaître? Que faire dans ces situations?
 
Entrée libre et gratuite, renseignement auprès de:
 
Sophie Sueur     03 20 61 75 57

 

mercredi, 29 octobre 2014

ADHESION

Adhérez à notre association

ou pensez à renouvelez votre cotisation pour 2014

Cliquez ici:ADHESION ETOILE BIPOLAIRE.pdf

lundi, 27 octobre 2014

GROUPES DE PAROLE

GROUPES DE PAROLES

Consultez le site régulièrement pour  

avoir  les infos actualisées

 

*************************************

Groupe de parole le

Samedi 13 DECEMBRE  

de 10h à 12h

à la Maison des Associations

72-74, Rue Royale

LILLE

********************************

Le Mercredi 17 Décembre

de 17h30 à 19h30

à la Maison des usagers

5,Rue d'ANTIN

LILLE (Wazemmes)

précédé d'un permamence

de 14h à 17h pour répondre 

à vos questions sur

le trouble bipolaire

*********************************

Association ETOILE BIPOLAIRE

Aider les malades souffrant de troubles bipolaires,leurs proches par tous les moyens que nous possédons

Organiser des groupes de paroles les Mercredi et Samedi

Informer les membres de l'association par des documents,brochures et tout outil pour une meilleure compréhension de ces troubles 

Mettre en place des conférences publiques 

Participer à la promotion de tout évènement visant à mieux faire connaitre et destigmatiser la bipolarité et autres troubles psychiques.

dimanche, 26 octobre 2014

Atelier Mieux etre

Atelier Mieux Etre

''Affirmation de soi ''

Jeudi 18 Décembre 2014 de 18h00 à 20h00

Salle de Projection
Fort de Mons en Baroeul
4 rue de Normandie
59370 MONS EN BAROEUL

L'affirmation de soi est au cœur de nos relations et donc de notre bien-être. C'est être capable d'exprimer ses pensées, ses sentiments, ses opinions.
Comment apprendre à s'affirmer ? Comment se sentir moins mal à l'aise dans nos relations avec les autres ?"

Soirée animée par Nicolas Daumerie, psychologue sur le pôle de santé mentale et Denise Mignot, Association Etoile Bipolaire.

Entrée libre et gratuite, renseignement auprès de Sophie Sueur : 03 20 61 75 57

 

 

Soirée Santé "Mal-être, stress, burn-out"Mardi 25 NOVEMBRE 18H30 à Lille Grand Palais

Notre association a participé à la Soirée Santé organisée par Lille grand Palais sur le thème « Mal-être, Stress, Burn-out » le mardi 25 novembre 2014 .

 

Dans la seconde partie de la soirée, nous avons rencontré de nombreuses personnes et répondu aux  multiples questions sur le stand de l'Association ETOILE BIPOLAIRE . 

 

Le point sur la soirée : cliquez ici

Revivre la conférence grâce au lien Youtube: Cliquez ici

 

Revoir le reportage diffusé sur FRANCE 5:Dans la peau d'un BIPOLAIRE,de l'ombre à la Lumière

L'EXCELLENT REPORTAGE D'Alain CHARLOT en replay.

cliquez ici:

samedi, 25 octobre 2014

Aidez des personnes souffrant de troubles psychiques en leur offrant un emploi

Le programme expérimental "Un chez soi d'abord" vise à favoriser l'accès direct et le maintien dans un logement ordinaire de personnes sans-abri souffrant de troubles psychiques (diagnostic de bipolarité ou de schizophrénie).

A Lille, dans le cadre de ce programme, environ 90 personnes bénéficient d'un accompagnement par une équipe pluridisciplinaire composée de travailleurs sociaux, de médiateurs de santé-pairs, d'infirmiers, de médecins pour les aider à s'engager dans un parcours de rétablissement.

La reprise d'une activité professionnelle, même occasionnelle, étant souvent un moyen de reprendre confiance en ses capacités, de retrouver une utilité sociale, de lutter contre l'ennui, et d'assurer un complément de revenu, l'équipe d'Un chez soi d'abord souhaite donner un coup de main aux personnes qu'elle accompagne pour qu'elles proposent leurs services à des particuliers en tant qu'aide à domicile (pour des tâches ménagères, du petit bricolage, du jardinage...). Ces services à la personnes peuvent être occasionnels ou réguliers. 

Le premier contact et les premières interventions peuvent se faire en présence d'un professionnel de l'équipe d'Un chez soi d'abord si nécessaire, l'équipe participant alors au service demandé (vous bénéficiez donc de deux personnes au prix d'une!).

La rémunération se fait en chèque emploi service universel avec une aide administrative possible pour la déclaration de l'employé (la rémunération par CESU prévoit 50% de réduction d'impôt pour l'employeur). Le prix est à négocier entre l'employeur et l'employé.

Si vous êtes intéressé(e) pour bénéficier de services à la personne dans le cadre de ce partenariat avec le programme Un chez soi d'abord, vous pouvez contacter l'équipe par email: lille.1chezsoi@gmail.com ou par téléphone 0320549165.

 

dimanche, 13 avril 2014

Lien vers méditation en pleine conscience

Suite à la discussion au dernier groupe de parole, voici le lien pour essayer la méditation en pleine conscience pour ceux que cela peut intéresser:

http://www.epsm-lille-metropole.fr/content/m%C3%A9ditation-tbpc-g07

Programme de Thérapie Basée sur la Pleine Conscience élaboré par les docteurs Jeanson et Versaevel (version d'essai)

samedi, 12 avril 2014

Parole du patient, éthique du soignant... tout un programme !

Parole du patient, éthique du soignant... tout un programme !

 

Le 24 avril 2014 s’ouvrait la conférence internationale d’éthique clinique (ICCEC)sur le thème "La voix du patient". Martin Winckler, médecin, romancier, essayiste... en fût l'un des intervenants. Une brillante chronique intitulée "Parole du patient, éthique du soignant", à l'image de son auteur qui nous fait l'honneur de la partager avec la communauté d'Infirmiers.com.

parole du patient éthique du soignant

10e Conférence internationale d’éthique clinique sur "La voix du patient"

Aujourd’hui, je vais vous parler de ce qui devrait être. Vous n’aurez pas de mal à en déduire ce qui, malheureusement, n’est pas encore. Ce que je tente d’exprimer ici n’est pas une suite de dogmes, mais une série d’intuitions et d’aspirations. Patient et soignant sont tous deux des humains. Ils arpentent tous deux la route dangereuse, imprévisible et finie de la vie. Peu de chose, symboliquement, les différencient. En pratique, ce qui les sépare est leur situation. Le patient est un humain tombé dans un fossé (un ravin, un gouffre) et souffre. Il demande de l’aide à ses proches et, parfois, à un soignant. Le soignant est un humain qui dispense des soins. Parfois c’est un geste spontané, désintéressé ; parfois, c’est un métier choisi et il en vit. Dans un cas comme dans l’autre, c’est son attitude qui fait de lui un soignant, et non son statut.

Patient et soignant sont tous deux des humains. Ils arpentent tous deux la route dangereuse, imprévisible et finie de la vie

Pour aider le patient à sortir du fossé (du ravin, du gouffre), le soignant dispose d’un point d’appui (son savoir) et d’un levier (son savoir-faire, ses expériences). Sa mission : ramener le patient sur la terre ferme, l’empêcher de tomber plus bas, lui éviter d’être englouti dans les sables mouvants. Le soignant délivre des soins, des encouragements, de la réassurance. Le patient les reçoit et donne, en retour, beaucoup de gratifications - de la confiance, de la reconnaissance, de l’argent ; il contribue à la réputation, à la renommée du soignant. Ainsi, la relation de soin est une relation d’entraide, une relation de partage. Ce n’est pas une relation de pouvoir, ni d’une part, ni de l’autre. Le pouvoir s’exerce sans partage. Pouvoir et soin sont incompatibles.

C’est la parole du patient qui désigne le soignant. C’est elle qui décrit la situation - le fossé, le ravin, le gouffre dans lequel se trouve le patient. C’est elle qui fait appel au soignant - à celui-là et pas un autre. Sans la parole du patient, il n’y a pas de soignant.

Ainsi, la relation de soin est une relation d’entraide, une relation de partage

Ecoutez bien ce que dit le patient quand il entre, disait le britannique William Osler, car il vous donne le diagnostic.

C’est vrai : sans symptômes (ce que le patient ressent), les signes (ce que le soignant observe ou non) n’ont aucune signification. La parole du patient retrace l’histoire des uns et des autres. Elle décrit leur intensité et la perception qu’il en a. Elle exprime les émotions qui les ont accompagnées - et celles qui motivent l’appel au soignant.

Le soignant de métier connaît souvent beaucoup de choses. Il peut être tenté de penser qu’il sait mieux que le patient ce qui lui arrive. Il peut être tenté de croire qu’il est en charge. Mais c’est toujours au patient, avant tout, de prendre les décisions qui le concernent : il s’agit de sa vie, de son corps. Le soignant n’est pas dans le corps du patient, il n’est pas dans sa vie - sauf pendant le court temps qu’ils passent ensemble. Le soignant n’a pas les sensations du patient, ni ses représentations, ni ses émotions, ni sa sensibilité, ni ses repères, ni ses perceptions.

Le serment du soignant lui enjoint de respecter le corps du patient. Il doit aussi respecter sa parole, son ou ses récits. Souvent, la parole du patient peine à s’exprimer : Parce qu’il souffre. Parce qu’il a peur. Parce qu’il a honte. Parce qu’il est pudique et sensible. Parce qu’il est impressionné par le médecin. Parce qu’il craint d’être jugé. Parfois, parce qu’il a un secret.

Le soignant de métier connaît souvent beaucoup de choses. Il peut être tenté de penser qu’il sait mieux que le patient ce qui lui arrive

Le rôle du soignant consiste non seulement à l’écouter mais aussi à aider le patient à déterminer où il en est et ce qu’il veut faire - choses que le soignant ne peut pas savoir aussi bien que lui. La parole du patient doit être reçue et acceptée avec ses balbutiements et ses accidents, ses hésitations, ses incertitudes, ses erreurs, ses errances et ses errements, ses idées fixes et ses revirements.

La parole du patient, bien sûr, ne dit pas toujours toute la vérité. A chacun sa vérité, disait Pirandello. Et everybody lies, renchérit Greg House. Mais on ne peut pas soigner en mettant, a priori, la parole du patient en doute. Le fait que le patient omette, oublie, se trompe ou mente délibérément ne dispense pas le soignant de l’écouter et ne l’autorise jamais à suspendre son aide !!!Car l’objectif du soin est, avant tout, le mieux-être (ou le moins-mal-être) du patient. Et la mission du soignant n’est pas de contrôler la sincérité de ce que le patient dit mais de se guider sur ses dires pour vérifier qu’il lui dispense des soins appropriés !

Le patient est le capitaine de sa vie. Le soignant est un pilote qui l’aide, le cas échéant, à s’extraire des récifs sur lesquels il s’est échoué. La parole du patient guide le soignant à tout moment. Et c’est au soignant d’adapter son savoir et son savoir-faire au patient, non au patient de se plier à la pratique du soignant. Sinon, ce n’est plus du soin, mais une relation de pouvoir.

Le patient est le capitaine de sa vie. Le soignant est un pilote qui l’aide, le cas échéant, à s’extraire des récifs sur lesquels il s’est échoué

Ce que veut le patient, le plus souvent, c’est se libérer de la souffrance. Et c’est pour cela qu’il fait appel au soignant. Quand la souffrance s’est atténuée, le patient se sent plus libre, y compris de ne plus faire appel au soignant. La meilleure relation de soin, c’est celle à laquelle patient et soignant sont heureux de mettre un terme, de constater qu’elle n’a plus d’objet parce que le patient est de nouveau libre de vivre sa vie. Cela aussi, c’est la parole du patient qui le dit.

La parole du soignant est importante elle aussi : après tout, il s’agit d’une relation de partage. Les deux voix doivent se répondre, non s’opposer ; dialoguer et non s’affronter ; définir ensemble et non disputer. Le soignant n’a pas pour mission de corriger le patient ou de le faire taire, mais au contraire de l’aider à s’exprimer, dans toutes ses nuances.

Le soignant est un être humain. Quel que soit son statut, il n’a pas de supériorité morale sur les autres êtres humains. Certains soignants peuvent cependant être tentés de profiter de la situation des patients, d’abuser de leurs faiblesses, d’user de leur ascendant pour leur profit personnel, de monnayer leurs soins pour un prix exorbitant. Pour cette raison, le patient est protégé par des gardes-fous, des lois que le soignant doit respecter. Le soignant est également guidé par des règles de comportement professionnel (code de déontologie) et par des principes moraux (règles éthiques).

Les uns sont édictés par les groupements de professionnels ; les autres sont issues des réflexions des philosophes. Mais rien n’interdit d’imaginer un code d’éthique énoncé par le patient.

Moi qui suis aussi un patient (je l’ai été, je le suis, je le serai, comme tout un chacun), je vous en propose un, en forme de décalogue.

Rien n’interdit d’imaginer un code d’éthique énoncé par le patient...

Le décalogue du soin, énoncé par le patient

  1. Je suis le patient, ton égal, et je te choisis comme soignant. En échange de ma confiance, tu assumeras la responsabilité de mes soins avec loyauté. Car je n’ai pas besoin d’une relation de pouvoir, mais de soutien, d’assistance et de partage.
  2. Pour me soigner au mieux, physiquement et moralement, tu mettras en œuvre ton savoir, ton savoir-faire, ton intelligence et ton humanité ; tu prendras garde, en tout temps, à ne pas me nuire.
  3. Tu respecteras ma personne dans toutes ses dimensions, quels que soient mon âge, mon genre, mes origines, ma situation sociale ou légale, ma culture, mes valeurs, mes croyances, mes pratiques, mes préférences. Si tes valeurs sont trop éloignées des miennes pour que tu te sentes prêt à me soigner, tu m’aideras sans réserve à trouver le soignant dont j’ai besoin.
  4. Tu seras le confident et le témoin qui entend mes plaintes, mes craintes et mes espoirs sans jamais les disqualifier, les minimiser, les travestir, les museler, les divulguer sans mon accord ou les utiliser contre moi. Tu seras mon interprète et mon porte-parole, celui qui parle en mon nom mais non à ma place. Tu ne me soumettras pas à des interrogatoires inquisiteurs et tu ne me baillonneras pas.
  5. Tu partageras avec moi, sans réserve et sans brutalité, toutes les informations qui me concernent et dont j’ai besoin pour comprendre et supporter ce qui m’arrive, pour faire face ce qui m’arrivera. Tu répondras patiemment et sans restriction à toutes mes questions ; tu ne me cantonneras pas au silence, tu ne me laisseras pas dans l’ignorance.
  6. Tu m’aideras à prendre les décisions qui me concernent, en m’informant et en me guidant au mieux. Tu n’entraveras jamais ma liberté par la menace, le chantage, le mensonge, le mépris, la manipulation, le reproche, la culpabilisation, la honte, la séduction. Tu ne me tromperas ni sur tes compétences ni sur tes limites. Tu ne m’abuseras pas et tu n’abuseras pas de moi.
  7. Tu m’assisteras non seulement face à la maladie, mais aussi face à tous ceux qui pourraient profiter de mon état – tout particulièrement s’il s’agit d’autres professionnels de santé. Tu ne seras ni leur complice, ni leur serviteur. Et tu refuseras que quiconque – moi y compris - t’achète ou t’utilise.
  8. Tu m’aideras à lutter contre les injustices qui m’empêchent de recevoir des soins, tu respecteras et feras respecter les lois qui me protègent. Tu te tiendras à jour des connaissances scientifiques et des savoir-faire libérateurs ; tu lutteras contre les obscurantismes.
  9. Tu respecteras tous les autres soignants, quelle que soit leur statut, leur formation, leur mode d’exercice et tu oeuvreras de concert avec eux. Car j’ai besoin de soignants qui travaillent ensemble, et non de professionnels aliénés par la hiérarchie ou les luttes de pouvoir.
  10. Tu te soigneras et tu soigneras les tiens avec le même engagement et la même loyauté qu’à mon égard. Car si je ne veux pas d’un soignant qui m’exploite, je ne veux pas non plus d’un soignant qui se sacrifie. J’ai besoin d’un soignant que soigner gratifie.

Martin WincklerMartin WINCKLER Médecin, romancier, essayiste, blogueur...

Ce texte a été publié sur le site internet de l'auteur le 27 mai 2014

 

samedi, 08 mars 2014

Nutrition et souffrance psychique

Article sur la nutrition pour faire suite au groupe de parole du 26/4/2014.Comment bien nourrir le cerveau d’une personne en souffrance psychique ?

Retour sur la demi-journée d’automne le 7 nov. 2013 à Loos

A l’époque où l’on s’intéresse aux effets de l’alimentation sur la santé, la clinique Lautréamont propose une approche sensible de la nutrition pour des jeunes patients en souffrance psychique.

A l’époque où l’on s’intéresse aux effets de l’alimentation sur la santé, la clinique Lautréamont à Loos-lez-Lille propose une approche sensible de la nutrition pour des jeunes patients en souffrance psychique.

Cette rencontre organisée par la Fédération régionale de recherche en santé mentale Nord – Pas-de-Calais , le 7 novembre 2013, fut l’occasion de comprendre les mécanismes, effets et apports de l’alimentation sur le fonctionnement du cerveau. Mais de quel cerveau parle-t-on ? Car, en définitive, notre corps serait "constitué" de 3 cerveaux :

  • celui de la tête
  • celui du cœur
  • celui de l’intestin

Etrange conception qui prend sens lorsqu’on s’intéresse aux interactions entre ces organes. On retrouve, en effet, 200 millions de neurones dans les intestins. Ces cellules nerveuses semblent indiquer que l’intestin envoie en permanence des données au cerveau (via le sang mais aussi le nerf vague). Et on retrouve ce même lien bijectif entre le cerveau et le cœur (la cohérence cardiaque). Dès lors, pourquoi s’étonner de l’interaction entre la microbiote (ou flore intestinale) et le cerveau ?

Cet état élargit le champ du possible : une modification de la flore intestinale aurait-elle des effets sur l’état neurobiologique de la personne ? D’ores et déjà, des études sont en cours sur le syndrome de l’intestin irritable et dans le traitement de la dépression [1] et des voies de recherche sont ouvertes pour la maladie d’Alzheimer, de Parkinson [2] et même la schizophrénie.

On peut s’interroger également sur le rôle joué par les neurotransmetteurs. Sérotonine, triptophane, L-Tyronise... Les associer à des traitements médicamenteux permettrait de renforcer les effets sur des pathologies comme la dépression [3] [4] [5] (dépression saisonnière, syndrome prémenstruel, dépression dopamino-dépendante...).

De même, le lien linéaire entre la consommation de poisson et la dépression est probant : après 35 jours de prise d’Oméga 3, une personne en état dépressif éprouve une amélioration de son élan vital ainsi qu’une baisse de l’agressivité et de l’anxiété [6].

Nul doute maintenant qu’il convient de bannir la junk food au profit d’une alimentation riche en Oméga 3 et en anti-oxydants. De ces recherches découle un programme éducatif dont bénéficient les jeunes patients pris en charge au sein de la clinique Lautréamont. « A l’hôpital, on peut BIEN manger ! » rappelle le Dr Frédéric Kochman, pédopsychiatre coordinateur de la clinique. De fait, les jeunes patients hospitalisés en raison d’un trouble psychique sont sensibilisés au cours de groupes d’éducation thérapeutique à l’importance et l’impact de l’alimentation sur notre cerveau. Il précise que « des données étonnantes sont alors échangées entre notre équipe soignante et les patients. Par exemple, saviez-vous que 25% des calories ingérées par jour sont à destination unique de notre cerveau, qui ne représente pourtant que 2% du poids du corps ? Saviez-vous que la carapace ou plus exactement la membrane de nos 100 milliards de cellules nerveuses est constituée principalement de phospholipides c’est à dire de gras ? C’est pourquoi le choix de bonnes substances grasses (en l’occurrence les acide gras Oméga 3, provenant avant tout de la mer) peuvent avoir un impact notoire sur notre fonctionnement cérébral et donc contribuent à guérir d’un stress chronique tel que la dépression ». En pratique, à chaque repas, des fiches détaillées consacrées à différentes familles alimentaires (les choux, les carottes, les tomates, l’ail, les poissons, etc.) sont mises à disposition sur les tables. Les jeunes patients les lisent, s’approprient leur contenu, et en reparlent très souvent au cours des entretiens avec les soignants de notre clinique. « Au total, cette implication mixte soignants-soignés sous la forme d’une démarche motivationnelle pour une alimentation saine représente une avancée majeure dans une démarche raisonnée et holistique des soins pour nos jeunes patients » ajoute le Dr Frédéric Kochman.

En résumé, se soucier de la qualité de l’alimentation d’une personne c’est, indirectement, agir sur sa santé psychique. Des passerelles entre la gastro-entérologie, la nutrition et la psychiatrie semblent dès lors devoir se mettre en place.

vendredi, 07 mars 2014

Pour aider les jeunes en souffrance

La Voix du Nord

 

Des professionnels de la santé mentale volent au secours des ados en souffrance

PUBLIÉ LE 20/09/2013

Par ADELINE BOLDODUCK - Photo HUBERT VAN MAELE

Sans le savoir, ils ont été les premiers en France. Aujourd’hui, le concept d’équipe mobile existe dans une dizaine de villes. Des professionnels de l’Établissement public de santé mentale (EPSM) se déplacent dans vingt-trois communes de la métropole pour aider des adolescents en difficulté.


Les adolescents sont d’abord reçus seuls. Les parents sont ensuite conviés à la discussion.
 

Un jeune homme qu’on appellera Sylvain est admis au service pédiatrique de l’hôpital d’Armentières. La douleur qu’il subit ne se voit pas, contrairement aux autres patients du service. Sa mère l’a amené aux urgences pour le protéger de ses idées noires. Deux professionnels de la santé mentale se rendent sur place, pour l’écouter et l’aider. Des structures existent pour aider les adolescents en difficulté, certains parents ont aussi recours à des services privés, comme des psychiatres ou psychologues libéraux. Des rendez-vous, entièrement gratuits, peuvent aussi avoir lieu dans des centres de santé mentale (CSM), comme à Halluin, Tourcoing ou Armentières. Mais les demandes sont nombreuses et les délais d’attente souvent longs.

Il y a dix ans, une nouvelle forme de prise en charge a été mise sur pied au sein du service du Dr Garcin, de l’EPSM : les équipes mobiles. Par groupe de deux, les professionnels (psychiatres, psychologues, infirmiers, assistantes sociales…) se rendent là où se trouve l’adolescent, dans un délai de 24 heures. Ces rendez-vous « d’urgence » peuvent se faire à l’hôpital, dans les foyers, dans les CSM… « On n’est pas mobiles pour être mobiles, on l’est pour être disponibles », détaille Vincent Garcin. Sylvain, par exemple, a reçu à l’hôpital la visite de deux binômes, à 48 heures d’intervalle. Les entretiens, qui se font en deux temps, permettent aux jeunes de s’exprimer, dans le secret d’un bureau fermé. Les parents sont ensuite conviés à la discussion.

Donner des clés pour gérer les angoisses

Rosalie et Michaël, deux infirmiers du service, ont reçu un élève de 3e. Ce jeune homme, que l’on appellera Maxime, a déjà fait deux tentatives de suicide. Et cet été, il a fugué. Difficile de penser que Maxime est en souffrance. Il a le visage ouvert, le sourire aux lèvres. Il a des amis, une petite copine. Il n’aime pas l’école. Rien d’extraordinaire. Les deux infirmiers creusent, le font parler. Une légère dyslexie, un père qu’il préfère oublier, un conflit avec son beau-père. Autant de problématiques dont il n’arrive pas à parler. Et qui s’expriment par des passages à l’acte. Sylvain, qui vit aussi une situation complexe, résume parfaitement les choses : « Une goutte d’eau peut faire déborder le vase, mais mon vase à moi il est tout petit. »

L’objectif des équipes mobiles est de donner à ces jeunes garçons et ces jeunes filles des clés pour gérer leurs angoisses. Et pour tenter d’alléger un peu le sac de leur souffrance, elles leur proposent un parcours de soins. Des rendez-vous réguliers avec des professionnels ou la participation à des ateliers collectifs, pour se libérer à travers l’art ou l’écriture. « Chez l’adulte, la pathologie est souvent installée, mais en pédopsychiatrie, on peut encore faire bouger les choses », table, optimiste, Rosalie, qui remarque aussi que «tout ce qui s’est passé à l’enfance revient à l’adolescence, c’est presque mathématique ». Appeler à l’aide le plus tôt possible peut atténuer les problématiques à venir. Les équipes mobiles s’occupent d’ailleurs des enfants dès leur naissance.

Une souffrance sans barrière sociale

« La performance à l’école, la fragilité des représentations familialesou encore la question de la place de l’adolescent dans notre société », autant d’items récurrents que pointe Vincent Garcin, le chef du secteur de psychiatrie infanto-juvénile de l’Établissement public de santé mentale. Les vingt-trois communes de la métropole couvertes par le service représentent 270 000 habitants, dont 27 % de mineurs. « C’est une population très jeune» avec, donc, une proportion de jeunes en souffrance plus importante que dans d’autres territoires français. Dans certaines communes, le nombre de jeunes suivis est forcément plus important. Les demandes ne sont pas les mêmes à Tourcoing ou Mouvaux, par exemple. En revanche, quel que soit le bassin de population, les problématiques rencontrées sont similaires. En clair, l’aisance sociale des parents ne garantit pas la santé mentale des adolescents.

Divorce, mésentente avec les beaux-parents, maltraitance, les professionnels de l’EPSM sont confrontés à toutes sortes de situations. Certains cas nécessitent une intervention d’urgence, comme lors de tentatives de suicide. C’est le rôle des équipes mobiles. La plupart du temps, les jeunes sont reçus lors de rendez-vous dans un centre de santé mentale (CSM). Rosalie, infirmière, s’étonne de la pression croissante mise sur les enfants. « On ne leur laisse pas le temps de grandir. » « Les mamans se sentent vite coupables », complète l’infirmière, et l’Éducation nationale renvoie de plus en plus vers les CSM. Conclusion, « ces situations viennent embouteiller les services, ce n’est pas véritablement du travail de psy ». Un engorgement qui pourrait devenir comparable à celui que connaissent les urgences générales.

 

Bravo pour cette initiative

Denise

 

jeudi, 06 mars 2014

ATELIERS MIEUX ETRE

atelier mieux etre022.jpg

Plus de détails:

Cliquez sur le lien: atelier mieux etre.pdf

PLANNING:

Cliquez sur le lien: atelier mieux etre023.pdf

mercredi, 05 mars 2014

CONFERENCE de M. le Docteur Christian GAY, Psychiatre, spécialiste de la Psychoéducation

 

Cher(e) Adhérent(e), Cher(e) Ami(e), 

Nous avons l’honneur de vous inviter à assister et participer à la conférence de

M. Le Docteur GAY, psychiatre spécialiste des troubles

bipolaires à Garches, que nous organisons

le mercredi 14 mai 2014,de 18h30 à 20h30,

à la Maison des Associations,

72/74 rue Royale à Lille.

Le thème de cette conférence sera :

" La PSYCHO EDUCATION "

Entrée libre et gratuite

 

 

Ce que sont les Pairs-aidants


Le « pair-aidant », l’espoir du rétablissement

Le concept de « pair-aidant » considère que les personnes qui ont vécu et surmonté un problème de santé mentale peuvent apporter une expertise spécifique pour soutenir leurs pairs dans leur rétablissement. Un accompagnement original qui impulse une dynamique nouvelle et recadre la rechute dans un processus d’évolution positif plus global.

Qui d’entre nous ne s’est jamais senti démuni face à une personne hospitalisée pour la nième fois dans son service, pour le même motif ? Qui n’a jamais été confronté aux limites de son intervention professionnelle face à une personne en rupture ou en refus de soins ? En France, depuis l’émergence des Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) en France, de nombreuses équipes perçoivent aujourd’hui l’apport inestimable que peut représenter l’entraide par les pairs dans ce type d’impasse. Le principe des « pairs-aidants », tel que nous allons le présenter ici, est de permettre à des usagers ayant suffisamment de recul par rapport à la maladie, d’intégrer une équipe de soins pour mettre à profit cette expertise issue de leur expérience. Nous tenterons donc dans un premier temps de retracer les origines de ce concept novateur et d’en définir les contours puis, nous ferons un point sur les expériences existantes. Pour finir, nous discuterons des avantages et des inconvénients de ce type de programme pour tenter d’en définir les critères de réussite.

Citation :
« Si on devait acheter mes expériences de vie au prix qu’elle m’ont coûté, personne ne pourrait se les payer ! » Nathalie Lagueux, « pair-aidante » certifiée, Québec


Comment cela a-t-il commencé ?

Le concept de « pairs-aidants » (Peer Support Worker) n’est pas nouveau. Il a émergé progressivement depuis les années quatre-vingt aux États-Unis sous l’impulsion des mouvements d’usagers. Des services de soins ont alors recruté des personnes dites « en rétablissement » dans leurs équipes, considérant que celles qui ont vécu un problème et réussi à le surmonter sont très efficaces pour aider les autres à faire la même chose. En 1978, Judi Chamberlin qui se définit comme « usager/survivant » de la psychiatrie lance un appel à ses pairs dans un ouvrage ayant pour titre « On Your Own » (1) pour qu’ils se rassemblent et parlent d’une seule voix. Elle revendique également des systèmes d’accompagnement plus proche des besoins des usagers et la reconnaissance de l’apport de l’entraide mutuelle. Cette philosophie défend donc une réappropriation du pouvoir par les usagers pour sortir des clichés dans lesquels ils se sentent enfermés dans une logique de dépendance, d’invalidité ou de chronicité. L’espoir est au centre de cette dynamique qui ne met volontairement pas l’accent sur les symptômes mais sur la possibilité de retrouver un sens à sa vie, malgré la maladie.
Un important réseau de santé communautaire s’organise alors en marge des systèmes de soin, géré « par et pour » les usagers.

• Le programme Denver (Colorado 1986/1988) (12)
Une première expérience pilote d’embauche de « pair-aidant » voit le jour en 1986 et en 1988 dans le cadre du programme Denver. Une équipe assurant le suivi en extra-hospitalier, forme et intègre quinze usagers comme intervenants, en tant qu’auxiliaires. Si toute l’énergie est concentrée sur leur formation, leur intégration est mal préparée et donc mal vécue par les usagers qui décrivent :
- une absence de description des taches ;
- une ignorance des soignants de leur formation ;
- une grande confusion des rôles avec une mise à l’écart ;
- une interprétation des réactions des usagers à partir du seul point de vue « diagnostic » ;
- le sentiment de constituer une source de main-d’œuvre bon marché.
Si cette première expérience met en évidence la nécessité de former les équipes préalablement à ce type de pratique, l’intérêt de cette nouvelle approche est nettement mis en évidence par les usagers ayant pu en bénéficier.
À partir de ce constat, l’Association Nationale des Directeurs de Programmes d’États pour la Santé Mentale (National Association of State Mental Health Program Director) reconnaît officiellement, en 1989, la contribution unique des usagers pour l’amélioration des services et accepte pour la première fois de financer des programmes d’embauche d’usagers en tant que travailleurs « pairs-aidants ». En 1990, dans « Nothing about us without us » (Rien à propos de nous sans nous) (2), un article qui fera date, Judi Chamberlain réclame que les usagers soient systématiquement impliqués à tous les niveaux dans les décisions qui les concernent.

• Le projet Wins (Michigan 1991/1993)
En 1991, une équipe du Michigan forme et embauche une vingtaine d’usagers, notamment pour l’accompagnement vers l’emploi. Ils ont pour mission de faire le lien entre les différents organismes. Ils se situent comme des « amis conseillers » (conselor-friend) et accompagnent les usagers dans différentes démarches. Les interviews de ces « pairs-aidants » soulignent une nette amélioration de l’estime d’eux-mêmes et une grande satisfaction d’avoir pu faire fructifier leur expérience d’usagers. Cependant, les critiques principales émanent du fait que ne bénéficiant que d’un statut et d’un salaire inférieur aux autres professionnels, les « pairs-aidants » se sentent « rabaissés » et parfois « dénigrés » par les professionnels, surtout les plus anciens. Ce projet permet de mettre en évidence la nécessité de proposer aux « pairs-aidants » un statut et un salaire correspondant à leur niveau réel de compétence.

• Le projet Share (Pennsylvannie 1995)
En 1995 les docteurs Salomon et Draine (3) décident d’engager une recherche scientifique rigoureuse qui vise à comparer le suivi de patients réalisé par deux équipes de quatre personnes, l’une composée exclusivement d’usagers, l’autre de professionnels, sur une durée de deux ans.
Les usagers embauchés doivent répondre à 3 critères :
- avoir reçu un diagnostic défini dans le DSM III (4) ;
- avoir été hospitalisé au moins quatorze jours ou être passé par les urgences psychiatriques au moins cinq fois sur une période d’un an ;
- bénéficier d’un suivi par une équipe de santé mentale différente de celle où ils travaillent.
Au bout de deux ans, l’étude révèle qu’il n’y a pas de différences significatives entre l’évolution des personnes suivies par les deux équipes. Il n’a pas été retrouvé notamment plus de signe de stress ou de détresse psychologique chez les « pairs-aidants ». Cependant, les auteurs constatent chez eux :
- une habileté remarquable pour aider les personnes à adhérer à leur traitement ;
- plus de contact direct avec les usagers, notamment à domicile ;
- une aide conséquente dans la restauration d’une estime de soi ;
- une diminution de la stigmatisation au sein des équipes.
Solomon et Draine concluent que les usagers peuvent être traités comme des partenaires égaux et être embauchés en tant qu’intervenants à part entière.
Des projets se sont alors développés dans différents états des États-Unis et du Canada. En l’an 2000, 30 % des équipes de suivi communautaire de l’Ontario comprenaient au moins un « pair-aidant ». Depuis 2002, les programmes PACT (Program of Assertive Community Treatment) de suivi ambulatoire prévoient la présence d’au moins un pair-aidant par équipe.


De quoi s’agit-il précisément ?

Il existe plusieurs modèles de pair-aidant ; lorsque le pair-aidant n’est pas salarié, le terme de pair-aidant bénévole pourra être utilisé. C’est le cas du programme A.P.P.E.L. (Accompagnement Par les Pairs, l’Entraide et le Loisir) mis en place par le groupe d’entraide Cafgraft à Laval ou de l’association hollandaise Vriendendienst, (‘’le service d’amis’’) (15) Le plus souvent ces volontaires sont encadrés et supervisés par des animateurs formés.
Nous avons choisi d’approfondir dans cette article le principe des pairs-aidants, encore appelé travailleur ou intervenant pair-aidant, qui sont salariés dans les équipes de soin.
Nous retiendrons donc la définition proposée par le programme Pairs-Aidants Réseau : « Le pair-aidant, fait référence à un membre du personnel vivant, ou ayant vécu, un trouble de santé mentale. A partir de son expérience de la maladie et de sa compréhension de son propre processus de rétablissement, il aide ses pairs à surmonter les obstacles et à identifier ce qui les aide à se rétablir » (4)
C’est de ce type de montage que nous débattrons plus spécifiquement dans cet article, étant bien conscient que chacune de ces différentes modalités pratiques ait ses intérêts propres.


Le Professeur Paul Morin, de l’Université de Sherbrook distingue les pairs-aidants communautaires qui sont salariés par une association indépendante et les pairs-aidants institutionnels qui sont intégrés dans une équipe soignante du service publique. C’est de ce type de montage que nous débattrons plus spécifiquement dans cet article, étant bien conscient que chacune de ces différentes modalités pratiques ait ses intérêts propres.
À Colchester, en Angleterre, par exemple, le programme StaR (Support with Time and Recovery) vise à embaucher dans une équipe de suivi ambulatoire des personnes bénéficiant d’une allocation à cause de leur handicap psychique.
De façon générale, le « pair-aidant » à pour rôle de :
- redonner espoir aux personnes utilisatrices des soins en santé mentale puisqu’il a lui-même affronté et franchi les obstacles liés à la maladie mentale et qu’il a développé des stratégies facilitant le processus de rétablissement ;
- soutenir et responsabiliser la personne utilisatrice dans la reprise du pouvoir sur sa vie (notion d’empowerment) en l’aidant à mobiliser ses ressources de résilience ;
- apporter son expertise pour encourager le développement d’une culture d’équipe dans laquelle le point de vue et les préférences de chaque usager sont reconnus, compris, respectés et intégrés dans les projets de vie (6).
Le paradigme sur lequel s’appuie le « pair-aidant » est donc le rétablissement (recovery). Il n’y a pas une définition du rétablissement car chaque usager peut avoir la sienne. Ce processus décrit par l’Américaine Patricia Deegan (7), docteur en psychologie clinique et usagère, est fondé sur la croyance profonde que le rétablissement est toujours possible, quelle que soit la gravité des troubles. Pour elle, l’espoir est ni plus ni moins la clé du rétablissement. En 1996, elle écrit : « Le but du rétablissement n’est pas l’absence de symptôme ou le fait de devenir “normal”, c’est une façon de vivre, une attitude et une façon de relever les défis de la vie de tous les jours. Ce n’est pas un processus linéaire mais une trajectoire qui comprend des reculs et des avancées ». Selon le Georgia Certified Peer Support Project (8) le rétablissement est un processus de reprise de contrôle sur sa vie et de la direction que l’on veut lui donner et ce, au-delà du diagnostic psychiatrique et des pertes qui lui sont généralement associées. Au retour d’un voyage au Canada, en collaboration avec deux usagers (Mr Ethuin et Mme Thibaut, tous deux présidents de GEM), nous avons élaboré la définition suivante : « Le rétablissement est la reconquête des territoires perdus à la suite d’un problème de santé mentale et la découverte de ressources souvent insoupçonnées, ouvrant de nouveaux horizons » (9).


De quoi ne s’agit-il pas ?

Le « pair aidant » n’a, en aucun cas, pour fonction de se substituer aux services de santé mentale existants mais d’offrir une alternative spécifique et complémentaire aux interventions des soignants. Il s’engage à respecter le code éthique des « pairs-aidants » qui délimite les grands principes de leurs interventions, comme celui de la confidentialité absolue ou de l’interdiction de développer des relations intimes avec les bénéficiaires. Le « pair-aidant » n’aura pas non plus pour mission de représenter les usagers dans les institutions. L’intervention d’un travailleur « pair-aidant » est à aussi différencier de l’entraide mutuelle qui se fait bénévolement dans les GEM, car, et c’est ce qui peut parfois nous heurter culturellement, nous sommes ici bien dans le cadre d’un travail rémunéré.


Pour qui ?

Il n’existe pas de diplôme spécifique, ni de profil type pour devenir « pair aidant ». Ce type de fonction s’adresse à toutes personnes ayant vécu un parcours de soins en santé mentale et validé une formation spécifique. Il faut considérer que la plus grande majorité des personnes en rétablissement ne sont plus suivies par les services de soins. C’est pourquoi les offres de « pair-aidant » peuvent passer par les circuits classiques de recherche d’emploi, type Agence Nationale pour l’Emploi. Les qualités recherchées chez le futur « pair-aidant » seront la capacité à connaître et à reconnaître sa maladie, être capable d’analyser les facteurs qui ont favorisé son propre rétablissement ainsi que sa faculté à s’intégrer dans une équipe. La formation sera l’occasion pour le futur « pair-aidant » d’avoir une vision introspective sur son propre parcours de rétablissement pour en identifier les forces qui pourront être ensuite mises au service d’autrui. (6)


Intérêts et limites

• Les intérêts
Voici quelques résultats d’études répertoriées dans la littérature qui décrivent les nombreux bénéfices liés à l’embauche de « pairs-aidants ».
- Pour les bénéficiaires : la présence de soutien par les pairs produit des impacts positifs significatifs en terme de qualité de vie, de réduction des symptômes, de nombre de crises et de diminution des journées d’hospitalisation (10).
- Pour les « pairs-aidants » : le fait d’être embauché en tant que tel augmente l’estime de soi et le sentiment de reprise de contrôle sur sa vie (8). Selon Marie-Christine Thibaut (11), « les pairs-aidants représentent un bonne alternative pour rebondir professionnellement pour des personnes ne pouvant plus exercer leur ancienne profession ».
- Pour les équipes de soin et l’entourage : Daniel Gélinas, travailleur social à Montréal, note que les expériences d’intégration de « pairs-aidants » provoquent une évolution inévitable de la culture professionnelle du personnel soignants (12). Une amélioration de travail en partenariat est également actuellement remarquée au Québec du fait de l’effet « passerelle » que créent les « pairs-aidants » entre les milieux de soin et les lieux d’intégration dans la cité.

. Les limites
-Recrudescence des symptômes chez le « pair-aidant » : les études convergent pour dire que le fait d’être embauché en tant que « pair-aidant » peut dans un premier temps, réactiver certains symptômes, notamment anxieux, chez la personne du fait d’être confronté à de nouvelles responsabilités professionnelles. Cependant, une amélioration globale de la qualité de vie a été constatée à plus long terme. Le « pair-aidant » devra en cas de difficulté trop importante, se tourner vers son réseau de soutien et de soin propre et non vers ses collègues de travail. Il est cependant bien établi que le « pair-aidant » à droit, comme tout un chacun, d’exprimer de la colère, de la tristesse et du stress sans que cela soit mis sur le compte de ses troubles psychiques (10).
- Stigmatisation : une des barrières les plus significative relatée dans de nombreuses études est la stigmatisation que peuvent vivre les « pairs-aidants » au sein même des équipes de soin. Cela s’exprime par un manque d’estime ou une sous-estimation de leurs compétences. Il semble toutefois que ceci s’estompe au fur et à mesure que le « pair-aidant » prend sa place dans l’équipe.
- Confusion des rôles : Selon le programme Share, il n’est pas souhaitable que le « pair-aidant » travaille au sein le milieu de soin où il a été lui-même suivi pour éviter la confusion des rôles. Cependant, le « pair-aidant » ayant une double casquette - à la fois usager et intervenant - a un grand risque pour lui-même ou ses partenaires d’avoir des difficultés à bien cerner son statut dans l’équipe. Par ailleurs, les usagers pourrait avoir une réaction de « rejet » par rapport « pair-aidant » qui serait passé « de l’autre coté de la barrière ».
- Du fait de son vécu le « pair-aidant » peut avoir l’impression que, son intervention est forcément meilleure que celle des autres professionnels, ce qui est faux. Avoir l’humilité de reconnaître la compétence des soignants et s’inscrire dans la complémentarité et non dans la compétition sera une qualité recherchée chez le pair-aidant pour éviter de tomber dans le « Syndrome du sauveur ». 


Et aujourd’hui ?

Aux États-Unis, les états les plus avancés dans la mise en place de ces programmes de « pairs-aidants » sont la Georgie et la Caroline du Sud où le gouvernement fédéral finance des programmes. En 2008, pour le seul état de la Géorgie, 385 « pairs-aidants » ont été formés. La moitié d’entre eux travaillent dans les centres d’entraide mutuelle et l’autre sction des symptômes, de nombresprésenter e dans un processus d'tablissement. bécois pairs-Aidants résau, association québécoisemoitié au sein des équipes de suivi intensif. A travail similaire, les barèmes de rémunération sont les mêmes que pour les autres employés. Il s’agit donc d’un nouveau profil de travailleur au sein du système de soin, reconnu au même titre que les autres en fonction de sa spécificité. Des programmes d’embauche de « pairs-aidants » sont également recensés en Écosse, en Angleterre, au Danemark, en Nouvelle Zélande et en Australie.
Au Québec, le Plan d’Action en Santé Mentale 2005-2010 a fixé comme ambitieux objectif que 30 % des équipes de suivi intensif dans le milieu embauche au moins un « pair-aidant » d’ici la fin du Plan. Le premier travailleur « pair-aidant » francophone, a été employé au Québec en 2005, à l’hôpital Robert Giffard. En 2006, Nathalie Lagueux et Diane Harvey (13) ont élaboré à partir des expériences précédentes une stratégie d’intervention visant à mettre en place des programmes d’embauche de « pairs-aidants ». Ce programme P.A.R. (Pairs-Aidants Réseau) financé par le Ministère de la Santé et des Services Sociaux comprend trois étapes : la promotion, la formation des milieux d’embauche, des usagers, ainsi que leur soutien. En 2008, treize milieux d'embauche ont été préparés, vingt-six « pairs-aidants » ont été formés dont treize sont actuellement embauchés. En France, à Marseille, Herman Handlhuter, un travailleur « pair-aidant » a été salarié dans une équipe de l’association Médecins du Monde (MDM) à l’initiative du Dr Vincent Girard pour travailler avec les personnes sans domicile fixe et ayant des troubles psychiques (cf. article p. ?).


Pour ne pas conclure

Nul ne peut plaquer sur autrui son propre modèle de rétablissement, surtout lorsque face à une personne en rechute. Sur le terrain les expériences existantes montrent que la rencontre avec un pair incarnant un espoir de rétablissement à la faculté de mettre en mouvement une personne pour qu’elle mobilise ses forces afin de trace son propre chemin. Un processus d’identification, parfois d’imitation, et le plus souvent d’inspiration, va souvent spontanément faire renaître l’espoir et lui donner envie de se relever. « Alors moi aussi je peux y arriver ? ». En participant à la formation de préparation des équipes avec les Québéçois, nous avons constaté que si le développement de programmes de type « pair-aidant » se heurte, au départ, à différentes de réticences (institutionnelles et idéologiques) ; c’est bien qu’il bouscule tout notre système de croyance. Comme le dit justement Diane Harvey, « laisser une place à quelqu’un qui va forcément par son éclairage nouveau nous déstabiliser dans nos certitudes, implique inévitablement un deuil de pratique… ». En matière de déstigmatisation, comme ailleurs, n’est-on jamais mieux servi que par soi-même ?

Par :
Patrick Le Cardinal, Praticien en santé mentale EPSM Lille Métropole, Chargé de mission au Centre Collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS Lille, France)
Jean-Luc Rœlandt, Psychiatre des Hôpitaux, Chef de service EPSM Lille Métropole, Directeur du CCOMS (Lille, France)
Stéphanie Roucou, Usagère, Professeur des Ecoles spécialisées dans le handicap mental et psychique, Collaboratrice Associée au CCOMS.
Nathalie Lagueux, Travailleuse Sociale, Usagère, Coordination du programme québécois Pairs-Aidants Réseau, Association Québécoise pour la Réadaptation Psycho-sociale (AQRP).
Diane Harvey, directrice générale de l’Association Québécoise pour la Réadaptation Psycho-sociale (AQRP), gestionnaire du programme québéçois Pairs-Aidants Réseaux.




Lire aussi
Roelandt J.-L., Daumerie N., Caria A., Changer la Psychiatrie pour Déstigmatiser. Santé mentale, n° 115, février 2007 pp 16-21 ; www.santementale.fr

1-Chamberlin J., On Our Own : Patient-controlled Alternatives to the Mental Health System, Hawthorn books, Inc, New York, 1978.
2-Chamberlain J., The Ex-patients’Movement, Where we’ve been and where we’re going, the journal of mind and behaviour, 1990.
3-Solomon P, Draine J, The Efficacity of a Consumer Case Management Team : deux year out-comes of a randomized trial, journal of mental Health Administration, 1995.
4-DSM III, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, American Psychiatric Association, 1974.
5-Bolle A., Discriminations : l’alliance des usagers, des équipes et des élus contre la stigmatisation, Information Psychiatrique, Vol 83, n° 8, p695-697, octobre 2007.
6-Lagueux N., Harvey D., Charles N., Manuel du participant. Guide de référence, Embauche et Intégration de pairs-aidants dans les services de santé mentale, Programme Québéçois pairs-Aidants Réseau, Québec, 2008.
7-Patricia E. Deegan est aujourd’hui docteur en psychologie clinique aux États-Unis à l’issue d’un parcours de vie tout à fait exceptionnel et en dépit d’une maladie mentale (diagnostiquée « Schizophrène » à l’âge de 17 ans. Cf article Santé mentale, n° 106, mars 2006, dossier sur la réhabilitation psychosociale ; www.santementale.fr
8-Georgia CPS Project. Participant’s Manual, Géorgia, 2006. La mission de cette association d’usagers de Géorgie est d’entraîner, de certifier et de fournir le soutien et l'éducation aux consommateurs de services de santé mentale, et notamment des « pairs-aidants », afin de promouvoir l'autodétermination ; www.gacps.org
9-Le Cardinal P., Ethuin C., Thibaut M.-C., Quand la Conquête de la Citoyenneté Renverse le Cycle de la Stigmatisation, L’information psychiatrique, vol 83, n° 10 decembre 2007.
10-Peer support ressource manuel, 2001.
11-Fédération Nationale des Patients en Psychiatrie ; www.fnapsy.org
12-Gélinas D., Participation grandissante des usagers au sein des services de santé mentale, Le Partanaire, vol 14, n°1, 2006 ; http://www.aqrp-sm.org/publications_bulletin.html
13-Harvey D., Lagueux N., Bilan de phase I. Programme Québécois Pairs-Aidants Réseau, 2006 ; http://www.aqrp-sm.org


Encadré
Paroles d’usagers

Pour Liz Sayce, une ex-usagère londonienne, « le plus gros handicap des usagers dans leur processus de rétablissement est la manière dont la société les exclut et les stigmatise. Il existe un véritable mur social invisible entre eux et nous, si nous voulons nous en libérer, il faut le démonter pierre par pierre en montrant de quoi nous sommes capables ».
Pour Richard Langlois, auteur de l’ouvrage « Le fragile équilibre »* « les pairs-aidants ont été les plus précieux pendant ma convalescence ; ces gens qui ont un vécu dans la maladie peuvent de venir de précieux atouts. C’est par eux que je sors de mon isolement… à condition que j’y perçoive une expérience positive (…) Nos réseaux de la santé auraient grandement intérêt à utiliser l’expérience de grande valeur de ces individus, compte tenu de l’espoir qu’il représentent ».
Roy Muise, usager canadien (2), entraîné dans une grave dépression, a trouvé dans un groupe de pairs la force de remonter progressivement la pente. « Enfin quelqu’un m’a parlé d’espoir, je me suis senti respecté en tant que personne au-delà de ma maladie ». Roy Muise a suivi la formation de « pair-aidant certifié » en Géorgie aux États-Unis et travaille actuellement pour un organisme communautaire : la Self Help Connection. « Je ne considère pas cela comme un travail car je fais cela avec mon cœur, je tends la main à mes pairs en disant : “J’ai été dans la même situation que toi, aujourd’hui je suis la pour t’aider”, cela me paraît naturel car en aidant les autres, je sens que je m’aide moi-même. Je partage leurs rêves, je comprends leurs chagrins et me réjouis de leurs victoires ».
1- Langlois R. Le fragile équilibre. Témoignage et réflexions sur la maniaco-dépression et la santé mentale, Ed. Le dauphin blanc, 2004.
2- Mai 2006, XIIIe colloque de l’AQRP (Association Québeçoise pour la réadaption psychosociale), Chicoutimi au Québec.


Encadré
Recherche-Action Pair-Aidant du Centre Collaborateiru de l’OMS (Lille, France)
Depuis deux ans, le Centre Collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS) mène une recherche-action sur le thème des « pairs-aidants ». La première action a été d’intégrer dans l’équipe de recherche Stéphanie Roucou (1), une usagère en tant que collaboratrice du fait son expertise liée à son expérience de la maladie psychique. Cela nous a obligés à modifier nos manières de travailler et nous a contraint à prendre en compte le vécu de l’usager dans ses moindres détails. Nous avons ensuite organisé des Journées de recherche en invitant différents experts, au niveau international, à débattre sur la question des « pairs-aidants » pour avoir une idée des différents modèles existants. La dernière étape de cette phase de sensibilisation, a été en décembre 2008, le montage d’une formation en partenariat avec la FNAPSY, le CCOMS et l’EPSM Lille Métropole par, Nathalie Lagueux et de Diane Harvey, promotrices du projet Pair Aidant Réseau. La formation a été dispensée à 25 professionnels issus de 5 secteurs de psychiatrie puis à 10 usagers.

Ces bases théoriques vont nous permettre de monter notre propre plan d’action en vue de la mise en place d’un programme « pair-aidant » au niveau de l’institution.
Une journée de sensibilisation a été également organisée le 15 décembre 2008 sur le thème, ‘’les Pairs-Aidants un nouveaux type d’intervenant en santé mentale’’ à l’intention des décideurs nationaux, en présence des différentes parties, pour solliciter leur appui politique pour développer ce type de projet en France.

1- Roucou S., La reconnaissance de l’usager en santé mentale : Création d’une formation de Pair-Aidant pour les usagers, Mémoire de Master I en science de l’Education et Formation des Adultes, Lille I CUEPP Angelier, 2007.
2- Harvey d, Lagueux N, Bilan de phase I. Programme Québécois Pairs-Aidants Réseau, 2006 : http://www.aqrp-sm.org